Je suis une vraie petite cachotière… Cela fait quelques semaines maintenant que je pratique un sport que je ne pensais pas pouvoir faire il y a encore quelques mois. Et pourtant… Ma persévérance, et certainement mon inconscience aussi, m’ont permis de découvrir le rugby subaquatique.

Je sais. Ça a le même effet dès que j’en parle autour de moi. Alors oui, ce sport existe, et non, il n’est pas brutal du tout. Bien sûr, il a le don de vous secouer un petit peu, mais c’est pour ça qu’on fait du sport, n’est-ce pas ??

Dans cet article, je vais donc vous parler de ce sport original, qui ne fait pas beaucoup de bruit et qui pourtant se développe de plus en plus ces dernières années. Avant de vous conter (dans un autre article) mon expérience personnelle Ô combien périlleuse avec cette douce activité, je veux que vous en compreniez la base.

Je vais donc m’atteler à vous expliquer ce qu’est le rugby subaquatique, et qui sait, peut-être voudrez-vous le tester ?

Rugby subaquatique : à l'attaque
L’équipe attaque, la défense adverse se met en place…

Qui peut jouer au rugby subaquatique ?

TOUT LE MONDE. Hommes, femmes, enfants, tout le monde dans le même bateau. À partir du moment où vous savez nager, et que vous êtes à l’aise dans l’eau, ce sport n’a aucune contre-indication. J’ai moi-même un dos fragile, et depuis que je fais de la natation, et que je participe assidûment aux entrainements de rugby subaquatique, mon dos s’est fortifié et je n’ai plus mal.

Par contre, si vous avez des problèmes auditifs comme un tympan percé par exemple, plonger sous l’eau est déconseillé… À part cette exception, n’importe qui peut jouer.

Quel équipement faut-il ?

Sachez que si vous recherchez l’âme sœur, ce n’est certainement pas grâce au rugby subaquatique que vous allez la rencontrer. En effet, on oublie le côté sexy et on va à l’essentiel : un masque, un tuba, des palmes et un bonnet cache-oreille qui nous donne un air de télétubbies… Bon c’est un peu exagéré, mais vous comprenez l’idée.

Quel est l’objectif du jeu ?

Il faut mettre le ballon dans le panier adverse. Alors, dit comme ça, c’est du basketball.

Sauf que :

  • rugby subaquatique : mettre le ballon dans le panierLe panier est au fond de l’eau (entre 3,5 et 5m de profondeur)
  • Le ballon est rempli d’eau salée, et comme vous êtes féru(e) de chimie, vous savez très bien que lorsque l’on met de l’eau salée dans un ballon, il coule. N’est-ce pas ? Donc on oublie l’idée de faire rebondir le ballon…
  • Les passes peuvent se faire de gauche à droite, mais aussi vers le haut et vers le bas, mais encore devant ou en arrière. C’est un sport d’apnée en 3D, rien que ça !
  • Le contact entre les joueurs est autorisé. En effet, comme notre bon vieux rugby, dès qu’un joueur adverse a la balle, on peut lui faire ce qu’on veut : l’attraper par les pieds, les bras, le bloquer en l’enlaçant tendrement (ne rêvons pas !). L’objectif est de lui prendre le ballon coûte que coûte. Du moins, le retarder dans son élan.

Tous les coups sont permis, tant qu’ils ne sont pas volontaires. On évite de frapper, d’étrangler, de mordre (quoiqu’avec le tuba sous l’eau, ça va être compliqué). On ne peut pas non plus s’attaquer aux palmes, au tuba, et encore moins arracher le masque. Malheur !!!!!

Et oui les coups, même s’ils sont interdits, peuvent arriver. La mêlée telle qu’on la connaît au rugby n’existe pas, mais si vous avez le ballon, et surtout s’il se retrouve près du panier adverse, très vite les joueurs vont se regrouper autour de vous, soit pour vous empêcher d’approcher le panier ou pour vous voler le ballon (s’ils font partie de l’équipe adverse), soit pour vous aider à vous délivrer ou pour récupérer le ballon (s’ils sont dans votre équipe). Dans ce type de regroupement, un coup de pied, des griffures, ou un coup de palme sont très vite arrivés…

Concrètement parlant, ça donne quoi ?

rôles du rugby subaquatique
Le joueur attaque, mais l’équipe adverse est bien en place avec son défenseur devant le panier et son gardien sur le panier.

Une équipe de base se compose de 6 joueurs dans l’eau qui fonctionnent par binômes. Puis, il y a 6 remplaçants sur le qui-vive, prêts à entrer dans l’arène nautique, dès qu’un joueur est fatigué. Dans chaque équipe, il y a donc 3 binômes, chaque binôme incarnant un rôle spécifique : attaquant, défenseur et gardien. Alors que l’attaquant doit voler la balle pour tenter de mettre un panier, le défenseur reste devant le panier pour chasser les adversaires et le gardien se positionne complètement sur le panier pour empêcher le ballon d’y entrer. Le concept de binôme est primordial.

En effet, tant que nous n’aurons pas de branchies greffées sur nous pour pouvoir respirer sous l’eau comme les poissons, nous nous devons d’utiliser un minimum notre cerveau.

En l’occurrence, pour pouvoir jouer en continu sous l’eau, le système des binômes est indispensable. Lorsqu’un joueur est sous l’eau, l’autre le suit de près avec son masque et son tuba, et attend qu’il remonte pour plonger à son tour. Et ainsi de suite.

Ce sont des plongées de 15 à 20 secondes. Tout est donc très rapide. Il faut être observateur et très concentré sur le jeu car on peut vite perdre le ballon des yeux.

Petite originalité : les équipes mixtes

équipes mixtes : rugby subaquatiqueJe pense que c’est le seul sport dans lequel les hommes et les femmes font équipe et sont au même niveau. Ce sport requiert une certaine endurance, et pas forcément de force. Tout est dans l’agilité des gestes, l’ingéniosité de la stratégie et la capacité apnéique de chacun. Soit, cela va être compliqué pour une femme d’1,65m de piquer la balle à une armoire à glace d’1,95m pour 100kg. Mais elle peut le fatiguer et avoir une meilleure apnée que lui. Dans ce cas, il sera obligé de lâcher le ballon ou de faire une passe à un moment donné, au risque de perdre la balle. Tout le monde est donc sur le même pied d’égalité sous l’eau, dans la mesure où la force n’est pas la condition sine qua non pour faire partie des meilleurs joueurs.

Quels dangers y a-t-il à jouer au rugby subaquatique ?

L’eau nous protège de tout danger. Alors, à moins que vous ne plongiez la tête la première dans une piscine peu profonde, les risques de blessure sont très rares, si ce n’est inexistants.

Certes, le contact avec les adversaires peut être particulièrement dynamique… Au pire, vous vous en tirerez avec quelques bleus ou des coups de griffure si vos adversaires ont oublié de se couper les ongles. Pour ma part, j’ai toujours eu des bleus sur mes jambes et mes bras. Il faut dire que j’attire comme un aimant les coins de table bien pointus… Donc le rugby subaquatique ne fera qu’alimenter cette tendance peu esthétique. Et alors ?

Même si évoluer dans l’eau est bénéfique pour notre corps, cet élément vital peut tout de même être dangereux si on n’écoute pas notre corps. En effet, ce sport nous oblige à plonger jusqu’à 5m de profondeur. Cela implique d’équilibrer nos oreilles. Si cette pratique n’est pas bien faite, cela peut avoir des répercussions irréversibles sur votre appareil auditif. Même si cela reste rare, il faut tout de même prendre toutes les précautions nécessaires.

N’oublions pas que des apnéistes ont inventé ce sport pour s’entraîner de façon ludique. C’est donc un sport d’apnée qui impose quelque chose d’inhabituel à notre corps. Il faut donc savoir l’écouter et ne pas forcer. Si vous voulez améliorer votre temps d’apnée, il faut le faire progressivement. Vouloir en faire trop, et l’exercer seul peut être dangereux. Mais ici, ce ne serait pas le sport le fautif, mais le sportif.

Où pouvez-vous exercer cette activité ?

Rugby subaquatique à Athènes : Fysalis

Il existe des équipes éparpillées un peu partout dans le monde. Mais il faut avouer que ce sport est plus développé dans certains pays que d’autres. L’Allemagne et les pays scandinaves semblent être les plus accros. La Grèce, quant à elle, mon pays d’adoption, n’a pour l’instant qu’une seule équipe, Fysalis. Je souhaite d’ailleurs remercier l’équipe qui m’a fourni les photos de cet article et surtout pour son accueil très chaleureux ! 😊😊😊

Concernant la France, après avoir mené quelques recherches, l’équipe de Bordeaux est la première à avoir importé le rugby subaquatique dans l’Hexagone. Il semblerait qu’il existe d’autres équipes à Nice et à Albi. Si d’autres clubs existent, n’hésitez pas à vous faire connaître !

En résumé

Je pense avoir fait le tour du rugby subaquatique. Je ne suis pas entrée dans les détails du règlement, mais si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à contacter les clubs suscités. Juste pour être sûre que vous avez acquis une image fidèle de ce nouveau sport, voici une vidéo faite par une équipe canadienne (et oui, cela existe aussi par là-bas !!) qui résume très bien tout ça :

Pour ma part, j’ai testé ce sport et je l’ai adopté. Un article à venir est d’ailleurs programmé pour partager avec vous mes impressions… Je préfère vous prévenir, j’ai galéré et je galère encore. Mais l’idée de pouvoir jouer un jour comme mes coéquipiers me tient en haleine et me motive pour affronter mes peurs et me surpasser.

Et vous ? Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, exercez-vous un sport qui vous oblige à vous dépasser ? Le rugby subaquatique pourrait-il en faire partie ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.