Tout a commencé début octobre 2015, tranquillement, autour d’un verre entre amis : « Ça te dit de faire le triathlon de Vouliagmeni en Novembre ? ». Nous venions de terminer une petite série de compétitions de course à pied, et l’idée de faire du triathlon ne m’était jamais venue à l’esprit. Le vin aidant, je réponds « challenge accepté ! » sans trop savoir ce qui m’attendait.

J’avais en effet participé à des courses de 5 et 10 km, mais cela ne faisait pas de moi une athlète. C’est donc avec insouciance, ou peut-être même inconscience, que je me suis retrouvée à préparer le triathlon.

Mais ça se passe comment un triathlon ?

Voici mes impressions sur mon expérience en tant que triathlète, un peu opportuniste sur les bords…

Qu’est-ce que le triathlon ?

Triathlon = trois (tri) + compétitions (athlos), soit trois compétitions pour le prix d’une (c’était la seconde grecque 😉 ). La course à pied à elle toute seule n’était donc pas suffisante. Un petit malin s’est dit un jour : « Tiens, et si on faisait du vélo et de la nage avant pour bien transpirer ? La course à pied de 5km, c’est bien un temps, mais on s’ennuie un peu, non ???? »

Ça ne s’est peut-être pas exactement passé comme ça, mais puisque le créateur du triathlon est resté anonyme, je peux dire ce que je veux ! Enfin presque… Le triathlon d’aujourd’hui commence par la natation, enchaîne avec le cyclisme et se termine par la course à pied.

Soyons clair, mon niveau est tel que je n’aurai même pas encore terminé la première étape que tous les autres concurrents auront déjà passé la ligne d’arrivée. Je n’ai ni la technique ni l’endurance requises pour enchaîner ces trois étapes les unes après les autres. Ce sport demande beaucoup de rigueur, de dévouement et d’entraînement. Ma seule solution était donc de faire partie d’une équipe.

Formation de l’équipe du triathlon

La natation, hors de question !

Nous avions déjà une nageuse, heureusement pour moi ! J’aime l’idée de savoir nager telle une sirène dans l’eau. Mais ma technique s’apparente plutôt au petit chien qui agite ses pattes pour atteindre le plus vite possible le bord de la piscine en gardant bien la tête hors de l’eau. J’exagère à peine. Il n’était donc pas question que je nage pour le bien de toute l’équipe. Surtout, Stella était expérimentée et venait de faire ses preuves sur les dernières compétitions de natation auxquelles elle avait participé. Elle savait donc à quoi s’attendre et n’avait pas peur de se prendre (ou de donner) des claques et des coups de pieds involontaires (ou pas…) pour se frayer un chemin sous l’eau et dépasser les autres nageurs. Qui a dit que la natation était un sport paisible ? En pleine mer, les requins ne sont pas que des poissons…

J’ai vite compris (…) que je n’allais pas pédaler mais plutôt ramer.

Le vélo ou les pieds ?

Ensuite, il fallait déterminer qui allait faire le cyclisme et qui allait faire la course à pied. Si nous étions un peu logiques, j’aurais dû faire la partie course à pied puisque c’est ce que je pratiquais à ce moment-là. Mais nous ne l’étions pas. Ou plutôt, la stratégie a pris le dessus. Jenny courait aussi, et plus vite que moi. Il valait mieux tirer profit de sa vitesse et me sacrifier pour le vélo, non ?

Quelle idée de faire du triathlon - cyclisteC’était donc décidé, je serai la cycliste de l’équipe par défaut. Autant préciser que je n’avais même pas de vélo, donc j’avais tout à apprendre. Non non, il ne suffit pas de monter sur le vélo et de pédaler. Il y a de la technique aussi, notamment dans le changement de vitesse. J’avais à peine un mois pour m’entraîner. La galère… J’ai même dû acheter un de ces collants pour cycliste. J’étais heureuse ! Je me suis entraînée tous les dimanches (bon, 3 dimanches sur 4 à tout casser). J’allais faire entre 30 et 40 km sur une piste cyclable avec le vélo tout terrain d’un ami. Je ne me débrouillais pas trop mal pour une débutante… et sur du plat.

Jour J : l’important, c’est de participer

Le jour du triathlon est arrivé. Nous sommes toutes les trois surmotivées, pleines de bonne volonté et prêtes à casser la baraque ! Petit hic : les autres cyclistes avaient pratiquement tous un vélo de course super léger ; du genre des vélos qui valent au moins 5000 euros. Non, je n’ai pas exagéré sur le nombre de zéros. Et moi, j’avais un vélo tout terrain, assez lourd. Par conséquent, mes compétences de cycliste étant déjà limitées, j’ai vite compris, à la vue des autres vélos, que je n’allais pas pédaler mais plutôt ramer. Mais je ne me suis pas découragée, je voulais continuer d’y croire.

Un beau départ

depart triathlon - quelle idée de faire du triathlonLe triathlon se déroulait au sud d’Athènes, à Vouliagmeni. On aime appeler cette zone l’Athens riviera. Le cadre était très beau, mais du genre montagneux avec de belles côtes bien pentues, et surtout du vent. Beaucoup de vent. Stella est la première à partir. Elle nage très bien et termine les 750 mètres en 14 minutes. À ce moment-là, nous avons un bon temps.

Une deuxième étape difficile

Je lui prends le bip pour le mettre sur mon pied et chevauche mon beau vélo tout terrain. J’ai beaucoup souffert. Le vent en pleine face pendant 20 km, ce n’est pas du tout agréable. Je pense avoir vu tous les participants (hommes, femmes, plus jeunes, plus vieux, tout le monde) me dépasser. Certains peut-être même deux fois. J’avais la rage. Cela semblait si facile pour eux, et moi je galérais face à cette côte qui me semblait insurmontable. Lorsque j’ai enfin terminé mon 4ème tour de 5km (ou l’inverse, je ne sais plus), je tremblais de partout. Mes jambes étaient engourdies, je ne pouvais plus rien faire. Même descendre du vélo était une épreuve. J’ai vraiment tout donné ! J’ai fait les 20 km en une heure et sept minutes. Ce n’est pas très bon. La plupart des participants l’ont fait entre 40 et 50 minutes, voire moins.

Une jolie ligne d’arrivée

Heureusement pour moi, Jenny était là pour prendre le relais et terminer la course. Elle a fait un temps tout à fait correct : 30 minutes pour 5 km. Mais ce n’était pas suffisant pour rattraper mon retard. Je crois que ce jour-là nous sommes arrivées dernières de notre catégorie ! C’est dans ces moments-là qu’il faut se raccrocher à ce bon vieux dicton : « L’important, c’est de participer ! ».

équipe au complet - quelle idée de faire du triathlon

En résumé

J’ai fait ce triathlon sans réel entraînement, pensant que faire du vélo une fois par semaine suffirait à me donner un temps correct. Que nenni ! Cela m’apprendra à sous-estimer un sport.

Cette expérience m’a ouvert les yeux sur l’exploit des triathlètes, les vrais, ceux qui font les trois étapes du début à la fin. Après avoir nagé et fait du vélo, il faut encore avoir la force et le mental pour courir le plus vite possible. Les jambes n’ont déjà plus de force, mais il faut continuer coûte que coûte. Ce jour-là, je n’aurais jamais pu courir jusqu’à la fin. Le vélo avait aspiré toute mon énergie. J’admire réellement les triathlètes. Il faut un mental d’acier et un dévouement total à cette discipline pour pouvoir ne serait-ce que franchir la ligne d’arrivée.

Jusqu’à maintenant, que ce soit le shooting photo ou le triathlon, mes défis n’ont pas été très glorieux. Mais ils m’ont appris à chaque fois quelque chose de nouveau et je ne le regrette pas du tout. Dans le fond, je crois vraiment à ce vieux dicton ; même si on sait à l’avance que l’on ne va pas gagner, tenter ne peut que nous faire grandir…

Et vous ? Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, avez-vous déjà fait du triathlon ? Qu’en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires

  1. Dis-toi que rien n’est impossible ! Si tu te lances un défi, tu peux l’atteindre, tant qu’il reste dans les limites du raisonnable et en accord avec tes capacités personnelles. Un triathlon en équipe te permet d’apprécier l’ambiance sportive, mais aussi l’esprit d’équipe. À toi de voir si tu préfères courir, nager ou faire du vélo 😉

  2. Crois-le ou non, mais tu m’as donné envie de faire du triathlon avec ces lignes même si je ne suis pas physiquement prête à le faire. Tu abordes un autre aspect de ce sport avec cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.